Vagabonde Crush : Eliane Bourque

Eliane est avant tout une bonne amie à moi.
C’est aussi une fille super motivée qui travaille sur une multitude de projets plus inspirants les uns que les autres. 

Décris-toi un peu.

Équilibré serait le mot qui me décrit le mieux! Si je suis passionnée, je suis aussi quelqu’un de calme. Bien que je sois sociable, je suis aussi une personne grincheuse qui aime son espace. Courageuse? Certainement, mais je suis aussi vraiment toujours en train det out overthink. J’aime les défis et la routine ne me convient pas du tout au travail.

Que fais-tu dans la vie ?

Je me décris normalement comme étant entrepreneure parce que j’ai mille et un projets et passions. Photographe, rédactrice, éditrice en chef et cofondatrice de Chou-Navet, je porte plusieurs chapeaux et c’est ce que me fait triper !

vagabonde3

Comment avez-vous eu l’idée de Chou-Navet ?

C’est surtout l’idée d’ Éloïse, qui a pris forme dans sa tête à partir de la compagnie de sa famille en agriculture bio! L’an dernier, elle a présenté son idée à Startup Montréal et a gagné la première place avec son équipe. Puisque le concours a en quelque sorte validé son projet, j’ai embarqué sans hésiter, et depuis nous avons un été et demi à notre actif et on adore ça!

Quelle est votre vision du monde de l’agriculture urbaine à Montréal ?
On veut que la qualité, le développement à long terme et le design se rencontrent. On veut créer une communauté de gourmands conscientisés aux enjeux de l’alimentation et aussi à l’importance du local dans notre économie. On veut que les gens puissent consommer leurs propres légumes bios de façon simple, en agrémentant leur balcon haha.

Comment définis-tu ta passion pour l’agriculture urbaine ? D’où vient-elle ?

Si j’ai une passion, c’est surtout la nourriture dans toute sa beauté. J’aime l’idée selon laquelle la nourriture devient une expérience, qu’elle rapproche les gens et qu’elle soit considérée comme un passe-temps! Elle permet de revivre nos traditions, de découvrir de nouvelles cultures et surtout de passer de bons moments entre amis ou en famille. Comme je suis quelqu’un qui a sa santé à coeur, le bio est pour moi un choix évident et je ne vois pas pourquoi les citadins devraient se priver du plaisir de jardiner et de faire pousser leur légumes parce qu’ils ont moins d’espace.

vagabonde2

Quel est ton produit préféré de la nouvelle collection de Chou-Navet ?

Définitivement la Gounod! Plutôt petite, elle permet néanmoins d’avoir 4 fines herbes sur son balcon et peut être facilement transportée à l’intérieur à l’automne. C’est cute et pratique!

Comment décrirais-tu ton rôle au sein de Chou-Navet ?

Puisqu’on est seulement deux dans l’entreprise pour l’instant, je dirais que je fais un peu de tout! Livraison, création de contenu, jardinage, marketing, développement, impossible de ne pas mettre la main à la pâte dans toutes les divisions!

Quelles sont tes passions? Que fais-tu dans tes temps libres ?

Comme tout le monde, les voyages mais puisque c’est un passe-temps dispendieux, j’adore écouter des séries et des films. C’est ma façon de relaxer! Sinon, lecture et profiter de la nature (ou d’une piscine ça dépend de la température) et bien entendu, manger! Ma saine relation avec mon corps et la bouffe est très importante pour moi et je profite de ma cuisine pour manger, cuisiner et parfois jardiner.

vagabonde4

Tu es cofondatrice de Chou-Navet, Éditrice en chef chez Boucle Magazine, photographe et pigiste ! Comment fais-tu pour garder un équilibre et naviguer entre tous tes projets ?

Ouf! J’avoue que ce n’est pas toujours facile. Mon humeur est souvent en montagne russes selon les défis de la journée et mon chum doit souvent me répéter les biens faits du lâcher-prise. Je travaille fort pour décrocher après une grosse journée et passer du temps avec les gens qu’on aime est toujours une excellente façon de la faire. J’essaie aussi de ne pas me sentir coupable. Personne n’est parfait et ce n’est pas en culpabilisant sur une après-midi passé à procrastiner qu’on avance plus vite!

Quel comportement voudrais-tu encourager auprès des gens du côté de la production locale / responsable ?

J’aimerais surtout que les gens prennent conscience du travail et des coûts qu’exige le local. La relève du Québec n’essaie pas d’escroquer la population bien au contraire! Créer de l’emploi dans notre belle province n’est pas gratuit et c’est là que la consommation à long terme est utile. Oui bien sûr, vous payez plus pour ce qui est fait ici, mais en même temps, c’est souvent un achat que l’on chérit par la suite et que l’on garde bien plus longtemps ET c’est un choix responsable!

Quel conseil pourrais-tu donner à quelqu’un qui voudrait lancer sa propre entreprise ?

LA PERSÉVÉRANCE! Ça prend énormément de volonté, de discipline et de ressources pour lancer une entreprise. Ce n’est pas nécessairement l’argent qui fait la différence (on s’entend que c’est quand même non-négligeable, mais bon!), mais bien souvent la persévérance. C’est quelque chose de difficile et qui peut prendre du temps, mais au final, c’est tellement gratifiant. Ne pas se décourager est donc un must et aussi la passion. Bref, juste des trucs clichés, mais si vrai. Soyez inspirés les amis et vous communiquerez votre passion.

No Comments

Leave a Reply